Samsung Galaxy S7 edge



Compagnon de route du Galaxy S7, le Galaxy S7 edge est logiquement un peu plus en vue que son compère, du fait de son écran à bords courbes. Samsung réitère sa segmentation 2015, mais propose cette fois-ci un modèle "edge" plus grand, tout en conservant la quasi-totalité des composants du S7. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-main-tq.jpg

On y trouve donc une puce mobile maison Exynos 8 Octa 8890 à huit cœurs avec un groupe de 4 cœurs M1 cadencés à 2,3 GHz et un autre quatuor ARM-Cortex-A53 à 1,6 GHz, une mémoire vive de 4 Go, une capacité de stockage de 32 Go extensible via une carte microSD (jusqu'à 200 Go et plus), un appareil photo dorsal de 12,2 Mpx et un autre frontal de 5 Mpx, le tout alimenté par une batterie de 3600 mAh. Wi-Fi a/b/g/n/ac, GPS, NFC et Bluetooth 4.2 sont de la partie, ainsi qu'une compatibilité réseau 4G LTE catégorie 12/13 (débit max. jusqu'à 650 Mbps). Le lecteur d'empreinte digitale est toujours de la partie, tandis que la coque retrouve l'étanchéité (IP68) apparue sur le GS5 et évaporée sur le GS6. 

Android 6.0 recouvert de l'interface Samsung TouchWiz est aux commandes pour la partie système d'exploitation. 

Le Samsung Galaxy S7 edge est commercialisé au prix conseillé de 799 €. Le Coréen espère frapper un très grand coup en faisant revenir des éléments (microSD et étanchéité) qui lui avaient peut-être porté préjudice sur la génération S6 auprès d'un grand nombre d'amoureux historiques des Galaxy S. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-dos.jpg
 

ERGONOMIE ET DESIGN 5/5


Petit à petit, l'ergonomie des versions edge progresse et cette variation du S7 pourrait apporter une très bonne réponse. Le GS6 edge+ avait déjà gommé une partie des défauts du GS6 edge (des arêtes trop prononcées, un dos plat inconfortable) avec des tranches biseautées. À cela, Samsung ajoute un dos à bords courbes qui épouse bien mieux le creux de la main. Très légèrement plus épais que le GS6 edge+ à cause de sa plus grosse batterie et d'un format un peu plus contenu (5,5" contre 5,7"), le GS7 edge permet grâce à cela de cacher au maximum la protubérance de l'appareil photo.
 
samsung-galaxy-s7-edge-s6-edgeplus.jpgA gauche, le GS7 edge, à droite, le GS6 edge+
L'objet gagne encore en finesse de finition, avec une face avant où tout le pourtour en verre gagne une petite courbure. La mode actuelle du haut de gamme, ici associée aux bords incurvés, délivre une belle unité esthétique. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-courbe-zoom.jpg

L'étanchéité, un vrai plus en cas d'accident liquide, n'est pas là pour que le GS7 edge serve d'accessoire high-tech aquatique. D'ailleurs, sous l'eau, l'écran est quasi inutilisable. Enfin, le lecteur d'empreinte, intégré dans le bouton central en façade, continue sur la lancée de 2015, avec un fonctionnement par apposition rapide et précis. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-face-table-ok.jpg

Embarquant un vrai déluge de puissance sous le capot, engoncé dans un coque étanche, le GS7 edge a de quoi faire craindre une grosse montée de chaleur. Pourtant, Samsung réussit à contenir la hausse de température sous les 38°C, de manière très localisée et quel que soit l'usage, même en jeu ou en captation vidéo 4K. Belle prouesse. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-face-main.jpg

ECRAN 5/5


Samsung opte donc pour un écran entre celui du GS7 et celui du GS6 edge+, avec un format 5,5 pouces inédit sur les "S". Sa très haute définition induit une densité très confortable pour tout type de contenu (texte, jeu, photo, vidéo, OS) de 534 pixels par pouce. Le contraste est quasi infini, Amoled oblige, et la luminosité maximale plafonne à un très lumineux 650 cd/m². En ajoutant une réflexion lumineuse de la dalle de seulement 8 % (comme le GS6 edge+), vous obtenez une dalle facile à lire en toutes circonstances, en extérieur comme intérieur. Vous pourrez consulter l'ensemble de nos résultats et observations dans l'article dédié ci-dessous. 
 

Les mobiles de milieu et de haut de gamme de Samsung proposent toujours plusieurs modes d'affichage (Basique, Adaptif, Photo et Cinéma). Il convient toutefois de n'opter que pour le mode Basique pour avoir la meilleure image possible. 
  
 
COLORIMÉTRIE
3

Le rendu colorimétrique est équilibré, d'excellente facture, mais un tout petit peu moins parfait que sur les Galaxy S6. Avec un delta E moyen de 3, contre 1,4 à 1,8 sur les S6, le GS7 edge propose tout de même une expression des couleurs très fidèle, avec en sus une très bonne et homogène température des couleurs de 6845 Kelvins. En passant de moins de 35 ms à 44 ms de retard tactile, là aussi, le GS7 edge recule un peu par rapport à ses aînés, tout en restant dans un résultat de qualité face à la moyenne du marché mobile. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-ecran.jpg

À noter, chose étonnante, que les S7/S7 edge semblent passer en mode Adaptif avec des couleurs un peu forcées lorsqu'un jeu est lancé. Rien de rédhibitoire, mais nous espérons que Samsung rétablira vite un fonctionnement plus logique par une mise à jour. 

INTERFACE ET NAVIGATION 4/5


Nous pourrions vous conter dans le détail les mille et une progressions de Samsung dans le domaine logiciel : l'optimisation continuelle de son interface TouchWiz qui fait fi quasi systématiquement du moindre ralentissement — en même temps, avec 4 Go de RAM et une puce monstre, c'eût été relativement déplacé ; des nouveaux apports ergonomiques comme le Game Launcher qui regroupe tous les jeux téléchargés dans un seul "hub" qui agglomère tout le contenu relatif aux jeux (vidéos YouTube, tutos, classements...) et le Game Tools, un bouton accessible à tout moment en jeu pour prendre une capture, enregistrer un direct vidéo et même le diffuser sur sa chaîne YouTube, mettre en pause les notifications, verrouiller les touches sensitives ou passer en mode fenêtre ; la prolifération des thèmes pour changer l'aspect de tout ou partie de l'interface ; l'intégration des applis Google (Gmail, YouTube, Play Store, Hangouts, Drive, etc.), de celles de Microsoft (Word, Excel, One Note, Skype...), de celles de Samsung, jusqu'à la création probable pour certains utilisateurs d'un trop-plein d'applis au démarrage.
 
samsung-gs7-edge-os1.jpg
 
samsung-gs7-edge-game-launch.jpg
 
Alors nous vous conseillons en parallèle de lire le test du Galaxy S7 pour un peu plus de détails concernant certains de ces points et notamment sur l'Always-On qui permet aux nouveaux GS7 d'afficher de l'information sur l'écran éteint. Un usage sympathique mais limité puisqu'il se restreint à la météo, des dessins, le niveau de batterie, la date et l'heure (cumulés ou en partie). Il peut y avoir un compteur de notifications, mais impossible d'en afficher le contenu, sauf à réveiller le téléphone. 
 
samsung-gs7-edge-multi.jpg
 
Car nous allons ici nous attarder en particulier sur un point qui coûtera son étoile de sous-note au GS7 edge : Samsung ne sait toujours pas quoi faire de ses bords d'écran incurvés. Exception faite du Galaxy Note Edge, dont la bordure inscrivait une bien plus grande courbure à l'usage pertinent et surtout un affichage permanent des options en bordure, on se retrouve une fois encore, comme sur les GS6 edge et edge+, avec une justification "pauvre" du choix du Coréen de plier ses bords.
 
1_samsung-galaxy-s7-edge-languette.jpg

Il est donc question de la même "languette" de bord d'écran que sur la génération 2015 des S edge. Placée à droite ou à gauche de l'écran au bon vouloir de l'utilisateur et à hauteur paramétrable (meilleure accès possible au pouce), elle découvre, une fois tirée vers le centre de l'écran, dans un effet de flou d'arrière-plan très classe et à transparence réglable ici aussi, une ribambelle d'accès directs : contacts favoris (déjà sur le S6 edge), applis en favoris, boussole, utilisation des données réseaux ou de la RAM, accès rapide à des fonctions spécifiques de certaines applis (écrire un SMS, création d'une fiche contact ou d'un rendez-vous dans l'agenda...), volet météo complet ... il est possible d'en télécharger davantage et de tous les cumuler. Entendons-nous bien, ces apports logiciels fonctionnent à merveille, avec une grande fluidité et sont d'ailleurs très utiles, mais ils ne nécessitent à aucun moment l'emploi d'un écran courbe, finalement. 
 
samsung-gs7-edge-edgeUX.jpg

L'autre usage qui va un peut plus dans le bon sens, c'est la possibilité d'afficher un peu d'infos sur la courbure. Cette fois, au lieu de subir une plage de 12h, il est possible de conserver cet affichage 24/24h, mais attention, il entrera alors en conflit avec la fonction Always-On, qui sera, elle, inactive. Mieux vaut conserver l'Always-on pour la journée et l'affichage latéral pour la nuit, d'autant que le premier émet une lumière plus dure sur une plus grande surface. Moins propice au temps du sommeil, donc. 

Samsung peut bien tenter de faire penser le contraire en n'intégrant pas cette option sur le S7 — alors qu'absolument rien ne l'empêche techniquement, un peu sournois quand même comme technique de vente. La situation n'évolue donc pas par rapport à 2015 et confirme toujours un peu plus que ce fameux et très bel écran courbe est uniquement tourné vers le design, au contraire de celui du Note Edge, qui était bien plus pertinent. 

Côté performances, comme évoqué dans le test du Galaxy S7, la version edge ne souffre d'aucune baisse de régime, quel que soit l'usage. Ses 4 Go de RAM proposent un matelas confortable sur lequel s'appuyer en cas de besoin, surtout que durant nos différents tests, la machine n'a jamais consommé au-delà des 3 Go. La puce Exynos 8890 carbure, mais peut parfois accuser un petit coup de mou après de très longues minutes de sollicitations. Toutefois, si cela se repère sur tests bruts (chute du taux d'images par seconde en jeu 3D, par exemple), cela s'effectue dans des proportions qui laissent encore au GS7 edge un comportement haut de gamme. 

MULTIMÉDIA 5/5


Toujours pas de prise en charge de l'AVI et de l'AC3 chez Samsung, mais un lecteur vidéo d'une grande profondeur qui saura chouchouter tous les autres formats que vous lui donnerez à retranscrire, avec une foule d'options pour gérer affichage et sous-titres. 
  
VIDÉO
AUDIO

La section sonore se comporte exactement comme celle du GS7. La sortie casque — sans véritable problème et à hauteur de ce que propose Apple sur l'iPhone 6s ou 6s Plus — offre une prestation d'un niveau correct. La puissance est au rendez-vous et la distorsion est discrète. La plage dynamique restituée est dans une bonne moyenne, à l'instar de l'image stéréo. Sur ce point, le meilleur terminal reste le Meizu MX4 Pro. Le haut-parleur est puissant, peut-être trop puissant d'ailleurs.
 
samsung-galaxy-s7-edge-jack.jpg

À plein volume, la distorsion est un peu dérangeante et il faut le baisser d'un cran pour retrouver quelque chose d'audible. L'absence d'une bonne partie du spectre n'en fera qu'un allié de fortune pour l'écoute musicale.
  
 
JEU

Comme vu plus haut, le GS7 edge et sa puce peuvent connaître un petit coup de mou en jeu, mais cela ne se traduit quasiment jamais par un micro-ralentissement. Bref, la conséquence sera imperceptible pour la grande majorité des utilisateurs. Il convient toutefois de préciser que selon les premiers retours d'outre-Atlantique, la version vendue sur place, équipée d'une puce Qualcomm Snapdragon 820, s'en tire mieux en jeu 3D. Il faut dire que le savoir-faire de Qualcomm et la puissance déjà constatée de l'iGPU Adreno 530 intégré au S820 ont largement fait leurs preuves. Notez aussi que le même iPGU Mali T880 équipe le GS7 edge européen et la puce Kirin 950 du Mate 8 de Huawei.
 
samsung-gs7-edge-game-tools.jpg

Sur ce dernier, le rendu brut se montre un poil meilleur. Sans doute que Samsung contient la puissance de l'ensemble histoire de ne pas surchauffer, quand Huawei dispose de bien plus d'espace de dissipation thermique dans sa grande phablette. Toujours est-il qu'entre ses belles performances et ses options sociales intelligentes que sont le Game Launcher et Game Tools, le S7 edge est une véritable machine à jouer qui tient dans la poche. Petit bémol toutefois sur la qualité SD (pour le moment) des vidéos de jeu capturées en temps réel depuis le Game Tools.

PHOTO 5/5


Choix remarquable et remarqué que fait Samsung sur ce type de marché. En effet, la firme coréenne recule en résolution et troque les 16 Mpx du GS6 contre du 12,2 Mpx, sur un capteur de même taille et conserve la stabilisation optique. Un choix qui est pourtant pavé d'une bonne intention : celle d'avoir de la place pour de plus grands photosites et donc de faire entrer plus de lumière pour accoucher d'une bien meilleure captation en basse lumière. À cela, il faut ajouter l'arrivée du Dual Pixel AF, technologie de mise au point hybride héritée de certains reflex Canon et qui permet aux GS7/S7 edge de réellement passer dans une autre dimension en matière de réactivité de prise de vue, quelles que soient les conditions. 
 
samsung-galaxy-s7-edge-capteur.jpg

Alors, sommes-nous conquis par cette approche légèrement différente du photophone ? Eh bien, si vous avez lu notre test du GS7, vous savez sans doute que oui. Beaucoup. Évacuons tout de suite un premier point : oui, il faut logiquement composer avec une perte de détails par rapport aux rendus de la génération GS6, forcément. Toutefois Samsung compense autant qu'il peut avec un nouveau traitement d'image qui renforce le contraste, les contours, tout en lissant l'ensemble pour atténuer les effets pervers de ce genre d'entreprise. Cela se remarque encore, avec une légère "dureté" du rendu face aux côtés plus fluides des GS6. Mais qu'on ne s'y trompe pas, on reste encore ici dans le très haut du panier du rendu photo de smartphone. D'autant plus lorsque l'on se penche sur la photo en basse lumière, qui cumule les prouesses.
 
galaxy-s7-maison.jpg
Photo GS7.
comparo-iphone6s-gs6-gs7-2.jpg
Zoom 100 % - Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
La machinerie derrière ce nouvel APN est impressionnante tant on ne se rend jamais compte que le GS7 edge mouline pour offrir un comportement équilibré et surtout ultra-rapide en toute occasion. Quant à ceux que le rendu automatique gênerait, Samsung propose toujours un mode Pro (entre autres modes divers) pour débrayer à loisir une grande partie des composantes photo. À noter que le capteur avant offre un large angle de prise de vue et une qualité certaine, tandis que la vidéo à l'arrière (Full HD et 4K) propose sans doute ce qui se fait de mieux dans le domaine, avec une belle stabilisation optique. 

Vous en saurez d'ailleurs plus en consultant notre article ci-dessous, dédié aux capacités photo des GS7. 
 

AUTONOMIE 5/5


Forcément, en augmentant la taille de l'engin, Samsung se permet d'intégrer une plus grosse batterie. Si le S7 se paie un accumulateur de 3000 mAh, cet edge choisit une réserve d'une capacité de 3600 mAh. À noter que le GS6 edge+, plus grand que ce GS7 edge, possède lui aussi une batterie de 3000 mAh. Samsung met donc toutes les chances de son côté pour accoucher d'une belle endurance, surtout au regard des progrès considérables que la marque a réalisés sur l'optimisation énergétique de son récent Galaxy A5.

Sur le terrain — et si l'on exclut momentanément les produits un peu exotiques (Oukitel K10000, Ulefone Power et compagnie), le GS7 edge devient tout simplement le second smartphone Android le plus endurant... derrière le Galaxy A5. Avec un temps de 15h37 sur notre protocole de test général viSer, l'appareil permet deux solides journées d'utilisation et parfois plus en modérant quelques usages énergivores. Histoire de le pousser dans ses retranchements, nous avons même surutilisé le GS7 edge sur une journée avec 4h de navigation GPS + 2h de fonction modem en simultané pour alimenter un ordinateur en réseau, deux parties de jeux 3D de 30 minutes chacune, du SMS, un peu d'appel, de gestion d'emails et de consultation des réseaux sociaux. À la nuit tombée, il restait encore 25 % de batterie. Ultra-solide. Et tout cela sans avoir activé les différents curseurs de l'économiseur de batterie, historiquement efficace chez Samsung. Pour la lecture vidéo, là aussi, l'edge surprend et devient même le meilleur smartphone du moment avec 15h32 de lecture en flux sur Netflix. 

Samsung Galaxy J5 (2016) review


The Galaxy J5 (2016) is the centerpiece of the company's mid-range portfolio for the year. With its predecessor becoming a huge hit in developing markets, the company really needs the 2016 model to come out good and help keep Chinese makers at bay.
A quick glance at the specs sheet shows that Samsung followed the "If it's not broken, don't fix it" saying to the letter. With the internals mostly unchanged, Samsung chose to focus on the design instead, hoping that the metal body will help its offering stand out.

You also get a bigger battery and the screen grew by .2", but that's mostly it with other    changes being so minor that they mostly fall in the adjustments category. Here's the
full scoop.

The metal frame gives you a piece of mind as well as a nice feel in the hand. We'd certainly appreciate a bit of premium feel in an otherwise mid-range offering. However, it would mean nothing if it comes at the expense of proper smartphone experience. And since Samsung didn't feel the need to change the processing power from the previous generation Galaxy J5 we'd be sure to carefully check that. Perhaps supplying the newer Android 6.0.1 Marshmallow and bumping the RAM to 2GB is all it took to keep the J5 (2016) relevant.

Doogee X5 review




In general design we can see Doogee simple philosophy as only we have a plastic body with just lock/unlock button and volume rocker in its right side and nothing in its left, this look like will be trend this late 2015/early 2016, as every mobile brand is walking near this dangerous place, because variety is good, but, in this case, if every brand goes the same philosophy design, the market will be full of same-looking phones (I’m seeing at you, Samsung) but, even if this happens, lets enjoy first this little wonder also being in one more flavor, the Doogee X5 Pro, offering 64bit SoC and 4G.

Screen

Here we have 5-good-looking-inches with a 16 million display, IPS technology and multitouch, the
Doogee X5 is more than ready for the daily tasks such as web navigation and video gaming, as IPS technology offers consistent, exact color from all viewing angles, and offer clear images and very stable response time.
As a drawback are more expensive to produce (but this doesn’t look like is a problem, in this budget phone) and need more energy to properly work, so, further explaining later we’ll see if Doogee X5 can handle strain from this powerful panel, while also seeing its general performance along with other parts of this cheap mobile.
Soc and Performance
telefono-android-doogee-galicia-x5-1gb-lte-4g-dualsim-quadcore
Inside this little bad boy we have an 1.3 GHz quad-core (4 x 1.3GHz) MediaTek SoC along with Mali-400 GPU, that has proven itself in the Galaxy S2, with astonishing results in every task, from gaming, to video playing, of course doesn’t have the performance of an new-generation Adreno, but, for 60 bucks.
It’s impressive that we have here a phone that 3-4 years ago have been sold for 500-600$, that fast is Android miniaturization, maybe in 5 years this phone will have the specs of a Galaxy S6 while costing the same ridiculous 60$, the only drawback in this aspect is the overheating from continued use, isn’t as annoying because isn’t metal or aluminum, but you can still feel that warm in the back of phone.

RAM and Storage
Doogee X5 comes with 1GB RAM and 8GB internal storage, and expandable memory up to 32GB, with this, you never will need again to remove apps for clearing internal storage and enjoy more of your precious videos, photos and music, while also having space for that little dead time killer games, all inside a 32GB memory card.

Camera

Doogee X5 offers a 5 megapixel rear camera and a 2 megapixel front camera, doesn’t sounds too good on paper, but, for that price tier (almost free) you get awesome good results, isn’t as good as a Z3 Compact, for say something, but, for being a 60$ phone, does its work pretty well, also offers video recording 720@30fps camera also offers a bunch of features like.
  • Autofocus: no more time-wasting manual focus.
  • Geo tagging: for those trips around the world.
  • Face detection: because no one likes being left from the photo.
  • Panorama: for those awesome views from your balcony.
  • Scene modes: so you never had the wrong filter anymore.
  • Image viewer: uses android stock, but feels good and responsive, couldn’t be better.

For a 5 megapixel camera built into a 60$ mobile, haves a good array of features, does not have the latest technology around, but will be enough for its buyer, since for 60$ you can’t expect more than messaging, calls, some WhatsApp and maybe 1 or 2 games, and this phone is the best for that, the perfect gift for that newly introduced to technology father or your technological mother, fits for almost everyone (that doesn’t is a power user, though).

Connectivity

Here Doogee X5 is well served, starting from GSM quad band (850/ 900/ 1800/ 1900) to tri band 3G (WCDMA 850/ 1900/ 2100) and 4G LTE (Still yet yo be revealed where bands will work, but, seeing the complete 2G/3G connections, we suppose that will work for all available bands) This means that you be connected in almost any part of the world (with some exceptions).
Doogee X5 also haves radio FM, so, you can enjoy everywhere of your favorite stations, from that relaxing orchestral music, to that award winner modern station, everything, everywhere with just one touch.
Also offers NFC (Near Field Communications), a pretty amazing feature for this price tier, even some Mlais models doesn’t offer while being more expensive, this not so new, but still relatively young technology offers a completely distinct way to use your credit cards, bus passes and even your ID, just with one touch, NFC-enabled devices will transfer information into your cell phone, another amazing use is for smart phone automation, so, with NFC tags you can make that your mobile enters in silence mode when entering to your room or open some apps when near you router, just your imagination is the limit, NFC only helps to make it real.
At top of this complete range of connectivity we have Bluetooth 4.0, so, along with external microUSB 2.0, and jack 3.5 mm, assures that will be compatible with every earphone model.

Battery
Doogee X5 comes with 2400 mAh battery that does great work along with the processor, consuming low energy in stand-by mode, so, with medium to light use, easily can resist 1 day.

Conclusions
Presale-Original-Doogee-X5-X5C-5-0-Inch-Smart-Phone-MTK6580-Quad-Core-1280-720-IPS
In this review we were shocked by the fact that a 60$ phone came with more connectivity and better screen than most of the mid-ranges Android mobiles, while costing a fraction of their original price, so, if you search for a reliable, stable, good-looking, and cheap phone, here is your answer.
About the drawbacks we cannot say too much, because we are impressed on how good is this mobile for its price range, the only drawback we found is a bit of lack optimization on OS, as lags a bit between transitions, but, lags apart, here we have an amazing phone into an amazing price-tier.